Vous êtes ici : AccueilHistoriqueL'Histoire de CANOPEE et de son Association

L'histoire de CANOPEE

La petite Histoire :

 

En 2004, le Colonel Eric Law de Lauriston de Boubers, commandant de la Base aérienne 279 de Châteaudun, lance une initiative de sauvegarde de patrimoine. En effet, la Base aérienne 279 de Châteaudun qui est un entrepôt de l’Armée de l’air est riche en matériel réformé et le Colonel Law de Lauriston est passionné d'aviation. De nombreux avions sont destinés à la destruction ou aux prélèvements; certains de ces appareils ont marqué l'Armée de l'air et sont devenus assez rares…

Alors pourquoi donc ne pas tenter de faire rayonner l’Armée de l’air à travers la valorisation d’un patrimoine historique condamner à la destruction ? Ce pourrait être le premier musée de l’Armée de l’armée de l’air et il pourrait s’inscrire parfaitement au sein de ce lien Armée-Nation tellement à la mode..

Quelques avions sont vites choisis sur la Base par quelques passionnés séduits par l'idée du Colonel et une petite collection prend vite forme. Un nom de baptême est vite trouvé : "CANOPEE" !

S'agissant de préservation de patrimoine, un hangar est cependant vite nécessaire !

En 2005, la déflation de la flotte de l'Armée de l'air permet d'obtenir un hangar qui se libère. Ce lieu permettra de valoriser cette collection et de la montrer à des visiteurs mais aussi de la préserver des intempéries..

Malheureusement aucune politique de préservation n'existe au sein de l'Armée de l'air et l'action du Colonel Law de Lauriston ne trouve pas d'écho en haut lieu pour soutenir ce projet.

Une inauguration en grande pompe, en mai 2006, destinée à une prise de conscience est même organisée. Elle ne sera malheureusement pas suivie du moindre effet, à part, par la suite, quelques textes hésitants rédigés par l'autorité de tutelle.

Devant ce manque d'enthousiasme, William SMITH, alors militaire sur la base, crée donc, sur ses propres fonds, en 2007, une association loi 1901 qui permettrait d'apporter des ressources à ce projet condamné à végéter sur le plan militaire; ceci à l’image de tous ces petits musées poussiéreux français sans aucun moyen..

Mais William SMITH a une forte proportion de sang britannique  dans les veines et la grande Bretagne est une référence en matière de préservation de patrimoine ! L'Association  "Les Amis de CANOPEE" est alors crée. Une poignée de membres y adhèrent tout d’abord, dont certains qui ont la faiblesse de croire que CANOPEE pourrait devenir un jour, une unité de l'Armée de l'air...Mais, William SMITH a la tête sur les épaules et sait parfaitement que l'Armée de l'air, en plaine réforme, a d'autres chats à fouetter que des histoires de vieux matériels réformés destinés à la ferraille. Ce dernier met donc tout en oeuvre pour une montée en puissance de l'Association ; les premieres subventions sont allouées et de nouveaux membres du secteur privé se présentent pour apporter leurs compétences ou leur temps.

En 2013, une convention liant l'Armée de l'air et notre association est enfin signée et les infrastructures utilisées par CANOPEE font l’objet de baux. L’association est autonome et la collection s’est bien étoffée ; des dizaines de milliers de visiteurs sont venus la contempler. Les autorités politiques locales y voient alors un potentiel touristique qui mérite d’être valorisé et débloquent ainsi un budget conséquent pour une étude de marché.

En 2014, la base aérienne 279 fait l’objet d’un premier plan de fermeture et des centaines d’emplois sur le site s’évaporent comme beurre au soleil ; il devient EAR (élément air rattaché) et le ministère de la défense débloquent une enveloppe pour compenser ces pertes d’emplois via un contrat de re dynamisation (CRSD) qui sera signé en 2015 . Grâce aux élus, CANOPEE figure alors sur ce premier contrat..

En 2018, la fermeture définitive de l’ex-base aérienne est annoncée pour 2021. A cette date, l’emprise foncière changera donc de main ; le devenir de la collection ainsi que celui de l’association est alors remis en cause.

Une alliance avec une pointure de l’aéronautique voit donc le jour pour l’étude d’un projet d’envergure adapté à Châteaudun.

Si l’association est condamnée inexorablement, c’est sous une toute nouvelle forme que la collection sera sauvegardée et pourra enfin evoluer.

2021 sera donc un nouveau départ, du moins pour la collection et pour les quelques personnes qui sont restées à bord.

 

Free joomla templates by Joomlashine